Marie, expatriée, nous raconte son histoire !

3038

S’expatrier, voilà une expérience qui n’est pas de tout repos ! De
l’extérieur, être expatrié est perçu comme une aventure formidable,
pleine de belles découvertes. Mais quand on vit une expatriation,
l’aventure apporte son lot de
difficultés

! Entre barrière de la langue, intégration au travail et bataille
quotidienne pour acheter du pain, des expatriés nous livrent leur
quotidien et leur bons plans.

Dans cet article, c’est Marie, expatriée à Berlin qui nous raconte son
installation, sa vie quotidienne et son souhait de consulter un
psychologue en ligne
pour
régler ses difficultés. Vous en voulez plus ? Lisez notre interview de
Catherine
Martel,

psychologue expatriée qui accompagne ceux et celles en demande de
soutien.

Mon installation et ma vie d’expatriée

Marie, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Aujourd’hui, j’ai 28 ans et cela fait maintenant 5 ans et demi que je
vis en Allemagne, à Berlin. Je suis expatriée depuis la fin de mes
études en école de commerce. Je suis partie à la fois pour des raisons
professionnelles et personnelles.

Quelles sont les raisons qui t’ont poussée à t’expatrier ?

Pour moi, mon départ était évident. Je voulais absolument partir après
mes études car je ne trouvais pas forcément ma place en France. Je
ressentais ce besoin de partir, de vivre une nouvelle expérience, de me
confronter à mes limites, d’en apprendre plus sur moi et sur le monde.
Et puis, je n’ai jamais trop aimé la mentalité des Français, je ne me
retrouvais pas dans cette manière de penser. En revanche, je ne vais pas
rester toute ma vie à Berlin mais c’est l’endroit qui me plaît le plus
aujourd’hui.

Comment as-tu vécu tes premiers jours à Berlin ? Tes premiers mois ?

J’ai toujours eu l’habitude de bouger car j’ai souvent déménagé dans mon
enfance. Quand je suis arrivée, tout s’est très bien passé car je
connaissais déjà ma meilleure amie qui vit à Berlin. Cela ma beaucoup
aidé d’avoir une personne sur place car même si l’on rencontre des gens
notamment au travail, on ne devient pas meilleur copain avec ses
collègues du jour au lendemain. Donc les premières semaines, j’étais
super euphorique. Mais finalement j’ai assez rapidement commencé à me
sentir seule car tous mes proches sont restés en France et une nouvelle
vie sociale met forcément un peu de temps à se construire. 

As-tu rencontré des difficultés lors de ton intégration ?

Malgré le fait que ma meilleure amie soit avec moi, cela n’a pas
toujours été facile au
début

J’étais d’abord toute excitée par ce changement puis mon euphorie est un
peu retombé au fil des semaines. Ma meilleure amie étant déjà ici depuis
un certain temps, elle s’était déjà consolidée son cercle social avec
ses propres amis. Ils ont chacun leur vie, leurs habitudes et n’ont pas
forcément envie de faire d’efforts pour intégrer une inconnue étrangère.
J’étais une nouvelle dans un groupe de gens déjà installés. Au fur et à
mesure j’ai rencontré de nouveaux expats comme moi et ça a tout changé i
! On a pu découvrir Berlin ensemble, se familiariser avec la langue et
la culture allemande au même rythme. Je n’avais plus l’impression de
devoir faire la course pour rattraper mon retard par rapport aux autres
!

Quelques conseils à donner sur cette expérience ?

Essayez de rencontrer des gens qui viennent d’arriver et de vous
créer un petit cercle d’amis au lieu d’arriver dans un groupe installé
depuis longtemps. J’ai  eu  personnellement plusieurs contacts grâce au
réseau de mon école ainsi que sur des groupes Facebook
d’expatriés
. Si vous vous expatriez dans une ville, dites-vous que
vous n’êtes pas le seul à avoir fait ce choix et que d’autres personnes
sont surement dans le même cas que vous ! 

Par ailleurs, donnez-vous aussi du temps ! Il est tout à fait normal
d’être déstabilisé, de subir un choc
culturel

plus ou moins fort lorsqu’on débarque dans un nouveau pays. Tous les
changements nécessitent une phase
d’adaptation
, ce
n’est pas parce que vous êtes déstabilisé que vous êtes anormal ou que
cette aventure n’était pas une bonne idée ! Moi aussi j’ai connu des
difficultés mais aujourd’hui je suis fière de les avoir dépasser et je
me sens vraiment bien à Berlin, il aurait vraiment été dommage
d’abandonner trop vite. 

Si vous avez le mal du pays, tentez de rentrer régulièrement voir vos
proches mais n’y mettez pas non plus tout votre temps et tout votre
budget
. Durant vos weekends, profitez plutôt de votre liberté
pour vous promener dans votre quartier, découvrir les environs, faire
des visites culturelles,participer à des activités avec des gens… Si
vous ne profitez pas de votre temps libre pour apprivoiser cette
nouvelle vie, vous n’aurez pas la sensation d’avancer. Vous avez décidé
de partir et de franchir le pas alors investissez-vous à fond ! Avec
les réseaux sociaux et les nouveaux moyens de communication qui existent
aujourd’hui, il est facile de maintenir le contact avec nos amis et
notre famille sans toujours avoir besoin de nous déplacer sur place ! 

Faites venir vos proches ! N’hésitez pas à les poussez à vous rendre
visite et partagez ensemble  des souvenirs uniques dans ce nouveau pays
d’accueil ! Vous pourrez leur faire découvrir votre nouveau quotidien et
toutes les richesses que recèlent votre nouvelle ville ! C’est en
montrant à des copains toutes les supers adresses que j’avais découverte
que j’ai réellement pris conscience à quel point Berlin était une super
ville ! 

N’hésitez pas à bénéficier de toutes les activités, réunions et
événements sociaux que votre travail ou votre université peuvent vous
proposer
. Vous n’êtes certainement pas le seul expatrié de votre
structure et il est fort probable que des rendez-vous s’organisent pour
faciliter votre intégration et celle des autres expatriés. 

Si vous ressentez toujours de vraies difficultés à vous intégrer malgré
ces conseils, malgré le temps qui passe et malgré vos efforts, il vous
serait peut-être utile de parler avec un
psychologue
.
Cela ne signifie pas que vous n’êtes pas normal ! Son écoute et son
soutien peuvent tout simplement vous aidez à mieux comprendre ce choc
culturel

et à vous soulager. 

Ce que les consultations en ligne m’ont apportée

Pourquoi as-tu décidé de te diriger vers Happineo pour consulter un psychologue ?

Quand on est expatrié, on vit dans une bulle car on a la barrière de la
langue, on n’a pas forcément les mêmes codes sociaux et il est donc plus
difficile de s’intégrer. Il y a aussi la distance qui rend plus rares et
plus difficiles les relations avec le pays d’origine. Au début, j’ai
décidé de consulter un psychologue en cabinet mais il n’y avait que très
peu de psychologues allemands qui parlent français. Je me suis alors
renseignée sur les consultations de psychologues en
ligne
. Finalement c’est
vraiment le plus simple quand on est
expatrié
.

Qu’est-ce que tu aimes chez Happineo ?

Happineo est une solution pratique
pour consulter, notamment déjà par rapport aux horaires que la
plateforme propose. En général, j’ai une vie à mille à l’heure à Berlin
et j’ai du mal à faire de la place à de nouvelles activités. Le fait
d’aller voir un psy demande un effort, si j’avais dû me déplacer, je
sais que j’aurais annulé pas mal de mes séances. Par contre, le
téléphone ne me dérange pas, c’est au contraire une manière plus
pratique de communiquer quand on est loin. On bénéficie de l’aide d’un
psychologue sans sortir de sa zone de confort, bien installé sur son
canapé, sans avoir à transpirer dans une salle d’attente.

Une deuxième chose que j’ai bien aimé, c’est qu’il y a une vraie
interaction avec le psy ! Avec les deux psychologues que j’ai vu à
Berlin, il n’y avait pas tellement d’échanges. Ils me laissaient parler
et me regardaient mais n’intervenaient pas beaucoup. Avec
Happineo, j’ai pu parler avec un
psychologue qui rebondissait vraiment sur mes propos, dans un échange
plus dynamique. Cette psychologue était vraiment géniale et m’a permis
d’énormément avancer, ce qui m’a confirmé que les thérapies sont un
soutien réellement efficace et
aidant
.

La thérapie a pris fin lorsqu’on s’est rendu compte toutes les deux que
j’avais résolu mes principaux problèmes. A la fin, on revenait souvent
sur les même sujets, sur les mêmes thématiques et je ressentais que je
n’avais plus besoin de son aide pour faire face à ma vie. En effet, il
ne faut pas penser que parce qu’on va mal, on est très malade ou qu’en
consultant on va se lancer dans une thérapie de 10 ans ! Ce sont des
préjugés
, le but du
psychologue est au contraire que nous allions mieux au plus vite.
Personnellement, après quelques mois de consultations en
ligne,

j’avais suffisamment évolué pour être autonome et m’en sortir toute de
seule. J’avais l’impression de mieux comprendre mon fonctionnement, cela
m’a soulagée. 

Quels conseils donnerais-tu à une personne n’ayant jamais consulté de psychologue en ligne ?

Comme pour toute chose, avant de juger, il faut essayer ! Ne partez
pas avec des milliers de clichés et d’idées
reçues
dans votre tête du
style : “ ça ne m’aidera pas,  ça ne m’amènera rien de plus que de
parler avec un ami, si j’y vais c’est que je suis fou….“. Voir un
psychologue n’a rien de tabou ou d’honteux, cela peut durer quelques
séances seulement et vous permettre tout simplement de vous sentir
mieux
. Le plus important est juste de prendre conscience que vous avez
un problème et que vous avez le pouvoir de changer les choses. Parfois,
il suffit juste d’un petit coup de pouce pour vous remonter le moral. 

Voir un psychologue, c’est échanger avec une personne neutre qui ne vous
jugera pas, qui se mobilisera vraiment pour vous écoutez et pour vous
aidez. Quand vous parlez avec un ami, vous pouvez effectivement vous
sentir mieux sur le moment mais parfois c’est difficile de tout aborder
avec nos proches. Je pense parfois qu’ils nous jugent inconsciemment,
sans le faire exprès, sans s’en rendre compte même s’ils nous veulent du
bien. C’est normal, ce sont les relations humaines. Je pense que le fait
de parler à un psychologue enlève totalement cette sensation d’être
jugée, ce besoin de nous censurer. 

Au final tout le monde peut aller consulter. Aujourd’hui cela ne
doit plus être un tabou ! Tu apprends à mieux te connaître, à comprendre
ton caractère et ton mode de fonctionnement,  tu en découvres énormément
sur qui tu es. Mes copines expatriées ont toutes connu des moments
difficiles durant leur
séjour
.
La majorité d’entre elles a consulté et se sent dorénavant beaucoup
mieux
. Elles ont
d’ailleurs toute pu continuer leur aventure à l’étranger. 

Démarrer