Bipolarité et travail : est-ce-possible ?

Travail

 blogging-336376_1920

Aujourd’hui, on estime entre 650 000 à 1 600 000 personnes victimes de troubles bipolaires, soit entre 1 et 2,5% de la population française selon l’OMS (Organisation Mondiale de la santé). Ces troubles sont plus fréquents pour les populations vivant en zones urbaine. Cette pathologie chronique, aussi appelée psychose maniaco-dépressive se caractérise par une variation anormale de l’humeur composée de phases dépressives et de phases d’exaltation (dites maniaques). L’OMS classe les troubles bipolaires comme l’une des 10 maladies les plus handicapantes dans le monde. Est-il possible aujourd’hui de lier activité professionnelle et bipolarité ?

Savoir reconnaître les troubles bipolaires

Voici quelques symptômes permettant aux médecins de diagnostiquer une personne bipolaire.

Phases dépressives

  • Grande tristesse (sur une période supérieure à 2 semaines).
  • Pertes ou prises importantes de poids.
  • Perte d’énergie, d’intérêt, de plaisir (baisse de concentration, retrait social, désespoir, pessimisme).
  • Ralentissement ou agitation psychomoteur.
  • Sentiment de culpabilité.
  • Insomnie ou hypersomnie.
  • Repli sur soi pouvant conduire au suicide. (On estime qu’un malade sur 2 fera au moins une tentative de suicide et que 15 % décéderont de cette façon).

Phases d’exaltation ou phases maniaques

  • Euphorie.
  • Hyperactivité.
  • Optimisme débordant.
  • Accélération du comportement psychique.

Les traitements

Cette pathologie concerne autant d’hommes que de femmes. Cette dernière se manifeste souvent aux alentours de 15 à 25 ans et peut être sous diagnostiqué. En effet, « il faut en moyenne 10 à 12 ans et quatre à cinq médecins différents avant qu’un diagnostic ne soit nommé » selon le médecin psychiatre, Isabelle Amado, ce qui augmente le risque de complications. Une fois la maladie officiellement diagnostiquée, il est fortement conseillé de commencer un traitement qui sera accompagné d’une psychothérapie. Ces traitements sont prescrits sur de longues périodes voire à vie. D’après le docteur Pierrick Hordé, « les molécule les plus couramment utilisées sont des sels de lithium, des neuroleptiques et des médicaments antiépileptiques ». Ce sont des stabilisateurs de l’humeur pouvant aussi être utilisés dans la prévention de la maladie.

La prévention

Nous ne pouvons pas prévoir les troubles bipolaires. Cependant différents moyens de prévention existent. Il est fortement conseillé d’avoir une hygiène de vie saine, d’éviter les substances toxiques (alcool, cannabis...) et de limiter les situations de stress.

 

Petit point historique

Les mots « dépression » et « manie » tirent leur étymologie du grec et proviennent de la théorie des humeurs d’Hippocrate, fondateur de la médecine de la Grèce antique. De l’antiquité, en passant par le Moyen Age et la Renaissance, ces termes et la vision de cette pathologie n’ont fait qu’évoluer. Ce n’est que depuis 25 ans que nous utilisons ce concept de « trouble bipolaire » pour définir cette maladie dont beaucoup d’aspects nous sont encore inconnus. D’ailleurs, plusieurs personnages et artistes ayant marqué la culture française étaient touchés par cette pathologie : des peintres tels Vincent Van Gogh (1853 – 1890), des hommes d’Etat comme Theodore Roosevelt (1858 1919) ou encore des écrivains comme Honoré de Balzac (1799 – 1850).

 

La Bipolarité au travail

Travailler lorsqu'on est bipolaire, c'est possible

Oui, il est possible de travailler lorsque l'on est atteint de troubles bipolaires. Il est même possible que vous travailliez avec des personnes bipolaires sans le savoir. En effet, il est important que les malades atteints de troubles bipolaires ne soient pas mis en retrait de la société et continuent leurs activités professionnelles lorsque cela n'est pas dangereux pour leur santé. Cependant, dans la plupart des situations, il est dans l’intérêt du patient que psychiatre et médecin du travail collaborent pour aménager le travail. Les situations de stress doivent être évitées pour minimiser les risques de rechute.

Les aménagements possibles du travail pour les personnes bipolaires

Dans le cas où il ne serait pas possible de maintenir la personne bipolaire dans son travail initial, plusieurs aménagements peuvent mettre mis en place. Le congé de longue durée permet aux fonctionnaires d'arrêter de travailler pendant une durée allant jusqu'à 5 ans. La pension d’invalidité permet de compenser une perte de salaire. Le malade peut aussi être mis en mi-temps thérapeutique (la sécurité sociale donne son accord sur le mi-temps, le montant et la durée des indemnités journalières). Un traitement et un suivi professionnel sont primordiaux afin de préserver une certaine stabilité de la personne et le maintenir à son poste.

Se faire accompagner lorsque l'on est bipolaire

Il est important de se faire accompagner par un psychiatre lorsque l'on est bipolaire. Si vous êtes dans cette situation, tournez-vous vers votre médecin généraliste qui vous renverra vers un psychiatre compétent. Votre psychiatre pourra vous prescrire une thérapie en parallèle de votre suivi psychiatrique. Vous pouvez alors consulter en ligne via Happineo des psychologues compétents pour vous accompagner. Attention, Happineo ne remplace en aucun cas votre psychiatre.

Vous avez du mal à gérer la bipolarité de l'un de vos proches ? Ne restez pas seul face aux difficultés, consultez un psychologue d'Happineo pour vous aider à aller de l'avant.

 

 Parler avec un psychologue

Articles récents

Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles.